Mlle Pois teste les piscines Parisiennes.

Bienvenue dans la jungle des piscines Parisiennes.

piscine en chine !!
piscine en chine !!

Passer le mois de juillet à Paris ok, mais dans ce cas j’ai décidé de trainer mes palmes et mon maillot dans un maximum de piscines. Entre la peur de la foule, de l’eau trouble et des mycoses en tout genre pas facile de se mettre à l’eau. Toutefois en cherchant un peu et en visant les bons créneaux horaires ( pas le week end ni le mercredi, et encore moins après le boulot)  il est possible de se dénicher de petits havres de paix . Entendons nous bien, il ne faut pas s’attendre à avoir le bassin à soi tout seule, mais au moins pouvoir enchainer les longueurs dans le calme et sans avoir à attendre ou sans se prendre de coups de coude. Bref parlons peu parlons bien voici un premier aperçu de mes dernières virées sous-marines.

Pailleron : Zen et spacieuse.

Située entre les métros Jaures et Bolivar ( autrement dit un peu excentrée tout de même) , la toute récente piscine Pailleron m’ a littéralement charmé. Avec son bassin presque ouvert de 33 mètres de large et de 15 mètres de long, très lumineux, elle offre un espace de nage des plus agréables où l »eau avoisine les 29 degrès. Ici les lignes sont bien distinctes, de façon à ce que les mamies brasseuses ne se retrouvent pas en concurrence avec les amateurs de crawl et les adeptes de la petites planche. Autre point apréciable, le petit bain, est placé loin du bassin de nage de façon à ce que le tumulte et les cris d’enfants ne l’atteigne pas. De plus un carré d’herbe assez spacieux et un jacuzzi sont mis à la disposition des nageurs sans aucun supplément. Bref une piscine propre et calme où il fait bon barboter les matins de juillet, je précise toutefois que je m’y suis rendue à 10 heures du matin un jeudi.

Tarif été : 3.10 euros.

Reuilly : Familiale .

A proximité du jardin de Reuilly, la piscine du même nom attire une clientèle bon enfant mais pour le moins nombreuse. Elle dispose d’un grand bain de 25 mètres sur 15 qui jouxte un plus petit de 15 mètres sur six pour les nains de jardins. Les deux bassins étant collés l’ambiance s’avère relativement bruyante ce qui ne l’empêche pas d’être détendue du slip de bain. Ici l’eau est chaude mais propre et malgré le monde mon acolyte et moi avons tenu la distance sans problèmes ni collisions. En entre deux brasses, nous avons profité d’un solarium moyennement peuplé, mais dont l’herbe est tout à fait acceptable. Attention ici pas de topless et pas de cigarette, on bronze politiquement correct au milieu des ados et des enfants. En fin de parcours, des douches légèrement encombrées mais proprettes nous attendent ainsi que des sèches-cheveux dont visiblement 1 seul sur 4 marche. Petit bonus, en sortant de la piscine, le parc de Reuilly dispose de fontaines à eau pétillante, très fun, sauf quant un gros lourdaud remplit sa glacière d’une quinzaine de bouteilles devant nous…

Tarif été : 3 euros, prévoir une pièce d’un euro pour les vestiaires.

Parmentier : neutre et froide.

A quelques mètres du métro Goncourt, la piscine Parmentier offre une façade sans charme et un style désuet. Ainsi les vestiaires tout comme les douches et le bassin semblent restés bloqués dans les années quatre-vingt. Située en sous-sol, cette petite piscine de quartier nécessiterait un bon rafraichissement.  Néanmoins, malgré son manque de clarté et son eau plutôt froide elle permet de nager sans se faire piétiner. Avec une affluence moyenne, et son unique bassin de 25 mètres sur 15 cette piscine offre le strict nécessaire pour celui qui souhaite rapidement faire ses longueurs. Nous regretterons des horaires très serrées,  avec des fermetures à 17 h durant la période estivale ( bizarre vous avez dit bizarre? ). Je ne m’attarderais pas plus sur ce bassin qui ne mérite pas forcement le détour mais permets aisément de barboter, après tout c ‘est la fonction première d’une piscine non ?

Tarif été : 3 euros.

La suite au prochain épisode !!

 

 

 

La moon cup et le pipi debout s’invitent en festival !

Un stand pour découvrir la moon cup au Festifl’art !

stand lunacopine
stand lunacopine

Samedi 6 Juillet autrement dit demain, vous pourrez me rencontrer au stand cupine du Festifl’art, à une quarantaine de kilomètres à l’est de PAris ! Entre deux concerts au soleil (  Reggae, rock, techno, ou encore psy trance) en pleine nature, un barbek et une bonne bière, nous militerons afin de faire découvrir, la coupe menstruelle à un maximum de personnes. Si tu ne viens pas à la cup, la cup vient à toi ! Ainsi avec mon acolyte, ( en fait c’est elle qui à tout fait…) nous proposerons à la vente des coupes menstruelles lunacopines, mais aussi des Pipi debouts, (une sorte d’entonnoir pour faire pipi comme les garçons, promis la semaine prochaine je vous fais un test !) confortablement installées sous une petite tonnelle joliment décorée. Enfin je précise que ce festival est sur donation et qu’il s’adresse à toute la famille notamment, aux nains qui auront droit à leur espace dédié pour se faire maquiller et apprendre à jongler. Bref si vous passez dans le coin n’hésitez pas à vous arrêter pour faire un brin de causette !

La jardinière de la discorde !

Le nain de balcon :)
Le nain de balcon 🙂

Suite à un différent avec une voisine trouvant que « les sous pots verts avec les jardinières rose c’est nul » j’ai décidé non seulement de les laisser mais en plus de rajouter des petits éléments marrants dans mes bacs à fleurs ! C’est ainsi que j’ai trouvé le concept du nain de balcon, à savoir le playmobil au sombrero jaune calé à gauche de l’image.  Et chez vous ça se passe comment avec les voisins ?

 

 

Tutoriel : fabriquer sa lessive maison.

Recette de la lessive au savon de Marseille.

 

crédit photo: antiquehome.fr
crédit photo: antiquehome.fr

Après avoir testé sans grand succès les noix de lavage ( qui ne lavent que le linge pas trop sale), j’ai décidé de fabriquer ma propre lessive. Une solution écologique et économique que je mets en pratique depuis quelques années et dont la recette m’est réclamée par quelques lectrices assidues. Chose promise, chose due !

Pour fabriquer votre lessive maison il vous faut : de l’huile de coude, une bonne râpe ( chez moi la râpe à fromage fait l’affaire), du savon de Marseille écocewl ( si possible sans glycérine, ce truc à base de porc que l’on retrouve aussi dans les bonbons), une bouteille avec un bouchon  hermétique, de l’eau, une entonnoir ou à défaut une feuille de papier et de l’huile essentielle qui sent bon.

– Commencez par râper le savon en tout petits copeaux ( avec le coté le plus petit de la râpe) en prévoyant environ 50 g de savon par litre de lessive. Attention ne pas se laisser décourager si la prise en main du savon et de la râpe semble chaotique, c’est normal il faut un peu de temps pour prendre le cou…Au bout de quelques litre cela parait beaucoup moins laborieux.

– Faîtes ensuite glisser à l’aide de l’entonnoir ( ou d’une feuille de papier) les copeaux de lessive dans la bouteille puis versez y de l’eau bouillante jusqu »en haut du goulot et ajoutez éventuellement quelques gouttes d’huile essentielle de lavande ou de ce qu’il vous plait.

– Pour finir, refermez bien le bouchon et remuez la bouteille que vous laisserez reposer une nuit afin qu’elle gélifie.

Et chez vous vous la fabriquez comment votre lessive maison ?

 

 

J’ai testé le liniment.

Le liniment : pour un démaquillage bio !

 Crédit : Aurelien Faidy
Crédit : Aurelien Faidy

Suite à la fabrication de mes disques démaquillants lavables, j’ai décidé de me mettre en quête d’un démaquillant écologique. C’est ainsi qu’après quelques recherches sur le net, et suivant les conseils de ma copine Rose, je me suis décidée pour le liniment oléo calcaire . Il s’agit d’un mélange composé d’huile d’olive et d’eau de chaux.  S’il s’utilise bien souvent pour nettoyer les fesses des bébés, il peut également faire office de démaquillant.

Ici c’est l’absence de produits à l’origine douteuse et le prix très accessible  (hé oui les produits bio sont souvent ruineux) qui m’ont donné envie de tester. En effet, le liniment peut se fabriquer maison (en achetant les composants en pharmacie et en magasin bio) ou s’acheter directement tout prêt dans les officines.
N’ayant pas trouvé  cette fameuse eau de chaux, j’ai donc investit dans une bouteille de liniment bio toute prête pour la modique somme de 6,50 euros les 250 ml. Un prix tout à fait raisonnable comparé aux démaquillants labellisés, vendus dans la même boutique au minimum 15 euros les 200 ml

Une fois le moment venu, j’ai donc déposé une petite noisette de liniment sur un de mes disques démaquillant et entrepris de le passer sur mon visage.  Première constatation, la texture semble bien plus liquide.que les produits classiques mais cela n’est pas dérangeant. Après m’être essuyé le visage avec le disque imbibé de liniment, plus de maquillage en vue (mission accomplie donc) . En revanche, j’ai l’impression de sentir la vinaigrette et d’avoir un film gras sur le visage. C’est grave docteur ? D’après les divers forums consultés, il serait possible de remédier au problème en s’appliquant une eau florale. Je me suis donc empressé de finir les dernières gouttes de mon flacon d’eau de rose et effectivement le double effet kiss cool s ‘est fait sentir, ma peau était lisse et douce.

Bilan plutôt positif, avec toutefois un bémol sur les économies réalisées en sachant qu’il faut rajouter au prix du liniment celui de l’eau florale ( 5 euros pour l’eau de rose) ce qui nous amène donc à un total de 11 euros cinquante. Une somme qui reste toutefois très raisonnable pour un produit de qualité.

 

Découvrez les disques démaquillants lavables !

Se démaquiller sans polluer !

disque lavable

Dans la lignée des couches lavables et de la moon cup, les disques lavables permettent de se démaquiller sans porter atteinte à notre planète . En effet, la culture et le blanchissement du coton que l’on consomme en masse affichent un bilan environnemental  catastrophique entre la pollution des nappes phréatiques, la destruction des ressources en eau, et l’empoisonnement direct et indirect via la contamination des nappes phréatiques, du bétail…

Bref mieux vaut s ‘en passer !

Ainsi les disques démaquillant lavables proposent une alternative écologique et économiques. Aussi doux et aussi efficaces ils remplacent aisément les disques en coton traditionnels hormis  pour retirer du vernis à ongle . Ronds ou carrés, de plus ou moins grande tailles, ils se composent de tissus si possible bio, notamment du bambou ou du polaire recyclé. Une fois utilisés, il suffit de les laver. S’il se fabriquent aisément avec quelques points de couture et des chutes de tissus ( tuto à venir) ,  à la main ou à la machine, ils peuvent également s’acheter dans les boutiques bio ou sur le net pour moins de 10 euros les dix.

Fabriquer son liquide vaisselle !

Béta test 1 : le liquide vaisselle au savon noir :

test liquide vaisselle au savon noir maison

 

A la recherche d’une solution  écologique et économique pour laver ma vaisselle à la main, j’ ai décidé de fabriquer mon propre liquide ! Seulement voila, sur le net et dans les livres les recettes ne manquent pas ! J’ai donc décidé d’en tester quelques unes et vous faire partager mon expérience en commençant par la recette au savon noir.

La recette :

– Mélanger 1 demi verre de savon noir dans 500 ml d’eau chaude : jusque là tout va bien, sauf que mon savon noir est complétement gélifié. Il me faut donc le transvaser dans un verre en m’en mettant plein les doigts puis passer du verre au flacon contenant l’eau, toujours en m ‘en mettant plein les doigts. Conclusion, j’aurai mieux fait de me mettre au dessus de l’évier !

– Verser un demi verre de vinaigre blanc dans le flacon : avec un entonnoir, je gére, ici pas de débordement massif.

– Verser une cuillère à soupe de bicarbonate de soude dans le flacon . L’affaire se corse,  au fur et à mesure le flacon se transforme en volcan à mousse et se met à gonfler quand je le secoue . ( Quitte à tenter des expériences autant les faire jusqu’au bout, il faut dire que j’ai eu la brillante idée d’utiliser une vielle bouteille de liquide vaisselle en plastique donc forcement ça gonfle) . Presque déçue que la bouteille n’ai pas explosé il ne me reste plus qu’à tester son contenu.

Le test :

Après être venue à bout de la moitié de ma pile de vaisselle sale, ( il faut bien en garder un peu pour Monsieur pois) le verdict tombe, satisfaisant mais sans plus ! S’il permet de nettoyer les verres, les couverts et les assiettes, le liquide n’est en revanche pas très performant quant il s’agit de dégraisser les poêles et les casseroles. De plus il assèche considérablement les mains bien que j’ai rajouté un soupon d’huile végétale pour refaire un second test. Il faut laisser sa chance au produit… mais en fait non j’ai toujours les mains toutes frippées !

Bref, vous l’aurez compris cette recette laisse un peu à désirer, je lui attribuerai  donc la note de 5/10, car tout de même elle lave les assiettes, les verres et les couverts.Ainsi après avoir terminé ce flacon ( maintenant qu’il est là on va pas le gaspiller !) je testerai une autre recette, cette fois à base de savon de Marseille )

Si vous avez d’autres recettes ( sauf celle avec du sable et des cailloux …) n’hésitez pas à les rajouter en commentaire, je serai ravi de les essayer !

Meuble de cuisine vintage.

Cherchez l’intru ! meuble cuisine vintage

La trouvaille du week end : un petit meuble déniché au fond d’une grange . Une fois lessivé il remplace à merveille  l’étagère en kit pour donner une touche rétro à notre cuisine. Toutefois, outre la poubelle un intru s’est glissé dans cette photo, saurez-vous le trouver ?

Ça pousse au balcon !

Je veux encore du soleil !

 

Des fraises sur le balcon !
Des fraises sur le balcon !

 

Et voila les fraises commencent à rougir !!! Et à coté les pieds de tomate sont en fleurs et ne s’arrêtent pas de pousser ! Et chez vous ça donne quoi ?

 

 

Fabriques ton canapé d’angle en palettes !

Tutoriel Récup

crédit photo : http://www.popandsoda.com

 

Ceux qui me connaissent le savent bien, j’ai un certain faible pour les palettes, les canapés d’angle et la récup ! C’est pourquoi, je ne pouvais pas passer à coté de ce tutoriel, clair et très précis pour réaliser un canapé d’angle sur mesure en palettes. Ici la blogueuse ne se contente pas de nous en mettre plein la vue avec son canapé top moumoute comme c’est souvent le cas sur le net ! En effet cette dernière, nous offre des explications accessibles à tous (si si, même à toi avec tes deux mains gauches) et va même jusqu’à rentrer dans le détail au niveaux des tarifs. Ainsi vous découvrirez que ce joli petit canapé lui a tout de même couté la modique somme 250 euros de fournitures malgré les palettes gratuites ! Pour tarif équivalent aux premiers prix bas de gamme, autrement dit de mauvaise qualité vous pourrez vous payez le luxe d’un canapé à votre gout, et sur mesure. Et puis le fait maison, ça n’a pas de prix !

PS : Ce billet est un message subliminal pour Monsieur Pois…

Crédit photo : http://www.popandsoda.com