Étiquette : économique

Tutoriel : fabriquer sa lessive maison.

Recette de la lessive au savon de Marseille.

 

crédit photo: antiquehome.fr
crédit photo: antiquehome.fr

Après avoir testé sans grand succès les noix de lavage ( qui ne lavent que le linge pas trop sale), j’ai décidé de fabriquer ma propre lessive. Une solution écologique et économique que je mets en pratique depuis quelques années et dont la recette m’est réclamée par quelques lectrices assidues. Chose promise, chose due !

Pour fabriquer votre lessive maison il vous faut : de l’huile de coude, une bonne râpe ( chez moi la râpe à fromage fait l’affaire), du savon de Marseille écocewl ( si possible sans glycérine, ce truc à base de porc que l’on retrouve aussi dans les bonbons), une bouteille avec un bouchon  hermétique, de l’eau, une entonnoir ou à défaut une feuille de papier et de l’huile essentielle qui sent bon.

– Commencez par râper le savon en tout petits copeaux ( avec le coté le plus petit de la râpe) en prévoyant environ 50 g de savon par litre de lessive. Attention ne pas se laisser décourager si la prise en main du savon et de la râpe semble chaotique, c’est normal il faut un peu de temps pour prendre le cou…Au bout de quelques litre cela parait beaucoup moins laborieux.

– Faîtes ensuite glisser à l’aide de l’entonnoir ( ou d’une feuille de papier) les copeaux de lessive dans la bouteille puis versez y de l’eau bouillante jusqu »en haut du goulot et ajoutez éventuellement quelques gouttes d’huile essentielle de lavande ou de ce qu’il vous plait.

– Pour finir, refermez bien le bouchon et remuez la bouteille que vous laisserez reposer une nuit afin qu’elle gélifie.

Et chez vous vous la fabriquez comment votre lessive maison ?

 

 

Fabriquer son liquide vaisselle !

Béta test 1 : le liquide vaisselle au savon noir :

test liquide vaisselle au savon noir maison

 

A la recherche d’une solution  écologique et économique pour laver ma vaisselle à la main, j’ ai décidé de fabriquer mon propre liquide ! Seulement voila, sur le net et dans les livres les recettes ne manquent pas ! J’ai donc décidé d’en tester quelques unes et vous faire partager mon expérience en commençant par la recette au savon noir.

La recette :

– Mélanger 1 demi verre de savon noir dans 500 ml d’eau chaude : jusque là tout va bien, sauf que mon savon noir est complétement gélifié. Il me faut donc le transvaser dans un verre en m’en mettant plein les doigts puis passer du verre au flacon contenant l’eau, toujours en m ‘en mettant plein les doigts. Conclusion, j’aurai mieux fait de me mettre au dessus de l’évier !

– Verser un demi verre de vinaigre blanc dans le flacon : avec un entonnoir, je gére, ici pas de débordement massif.

– Verser une cuillère à soupe de bicarbonate de soude dans le flacon . L’affaire se corse,  au fur et à mesure le flacon se transforme en volcan à mousse et se met à gonfler quand je le secoue . ( Quitte à tenter des expériences autant les faire jusqu’au bout, il faut dire que j’ai eu la brillante idée d’utiliser une vielle bouteille de liquide vaisselle en plastique donc forcement ça gonfle) . Presque déçue que la bouteille n’ai pas explosé il ne me reste plus qu’à tester son contenu.

Le test :

Après être venue à bout de la moitié de ma pile de vaisselle sale, ( il faut bien en garder un peu pour Monsieur pois) le verdict tombe, satisfaisant mais sans plus ! S’il permet de nettoyer les verres, les couverts et les assiettes, le liquide n’est en revanche pas très performant quant il s’agit de dégraisser les poêles et les casseroles. De plus il assèche considérablement les mains bien que j’ai rajouté un soupon d’huile végétale pour refaire un second test. Il faut laisser sa chance au produit… mais en fait non j’ai toujours les mains toutes frippées !

Bref, vous l’aurez compris cette recette laisse un peu à désirer, je lui attribuerai  donc la note de 5/10, car tout de même elle lave les assiettes, les verres et les couverts.Ainsi après avoir terminé ce flacon ( maintenant qu’il est là on va pas le gaspiller !) je testerai une autre recette, cette fois à base de savon de Marseille )

Si vous avez d’autres recettes ( sauf celle avec du sable et des cailloux …) n’hésitez pas à les rajouter en commentaire, je serai ravi de les essayer !

La moon cup : un bon plan éco-cool.

bd moon cup
bd moon cup

La moon cup ou en Français, coupe menstruelle vous offre une alternative écologique et économique aux tampons et aux serviettes hygiéniques. Derrière cette appellation obscure, se cache une petite coupe souple, en forme d’entonnoir, fabriquée à partir de silicone ou de caoutchouc naturel. Ainsi elle se glisse dans vos parties intimes pour recueillir votre flux menstruel. Avec une contenance allant de 12 à 14 ml elle peut aisément se porter toute la journée.Pour la vider, il suffit de verser votre sang dans un lavabo ou à défaut dans des toilettes puis de rincer la coupe avant de la remettre en place.

 

Beurk me diront certaines ! Mais après tout notre sang est tout ce qu’il y a de plus naturel et puis il n’y a rien de honteux ni de répugnant à toucher son propre corps !

Sale me diront d’autres ? Il suffit de bien se laver les mains avant de la mettre ou de la retirer et de la passer sous l’eau si possible chaude et savonneuse. Puis, entre chaque cycle la moon cup est stérilisée dans l’eau bouillante pour éviter la contamination microbienne. Personnellement je préfère que mes muqueuses soient au contact de la cup que d’un tampon gorgé de produit chimiques.

Chère répliqueront les plus aigries ? Certes l’investissement de base coûte une vingtaine d’euros ( sur le net sinon 30 ds les boutiques bio) mais vu le prix d’une boite de tampon ( autour de 5 euros) , la coupe en vite rentabilisée en sachant qu’elle peut se garder plusieurs années. J’ai pour ma part fait le calcul : à raison d’une boite de tampon tous les deux mois, en 4 mois ma coupe était rentabilisée. Depuis j’économise donc 5 euros par mois ce qui mis bout à bout pourrait un jour si j’étais économe me payer un beau voyage…

Dangereuse s’inquiéteront les angoissées ? Point du tout, les cup sont conçues de façon ergonomiques et avec des produits hypoallergéniques contrairement aux tampon blanchis avec du clore. De plus contrairement aux tampons, la moon cup n’assèche pas les muqueuses . Enfin au bout de trois ans de bon de loyaux services ma cup ne m’a jamais provoquée d’infection ni aucun autre problème d’ailleurs !

Mais, parce que forcement il y a un mais, la coupe menstruelle n’est pas toujours évident à prendre en main. Ainsi les deux premiers cycles avec la cup peuvent parfois sembler laborieux aussi bien au niveau de l’insertion que du retrait. Ainsi j’ai eu quelques sueurs froides n’arrivant pas à la retirer ou en la laissant tomber par mégarde, plein bien sur dans les toilettes du bureau…. Toutefois, il ne faut pas plus de quelques cycles pour prendre le cou de main et ne plus pouvoir se passer de sa cup ! En outre, la cup étant un petit objet, si comme moi vous êtes tête en l’air, vous risquez fort de l’égarer de passer souvent un certain temps à la chercher, ce qui dès fois peut s’avérer quelque peu critique…

 

Par ailleurs nous remarquerons l’aspect écolo de la moon cup qui affiche une empreinte écologique réduite comparé aux tampons et autres serviettes qui contiennent des produits chimiques et ne se recyclent pas ou très mal.

Enfin je interroge sur le peu de communication autour de la coupe menstruelle qui existe pourtant depuis les années 80. Un silence que l’on doit certainement aux industries du tampon et des serviettes qui feraient faillites si nous portions toutes une moon cup !

Et vous la moon cup ça vous tente ?