Étiquette : paris

Mlle Pois teste les piscines Parisiennes.

Bienvenue dans la jungle des piscines Parisiennes.

piscine en chine !!
piscine en chine !!

Passer le mois de juillet à Paris ok, mais dans ce cas j’ai décidé de trainer mes palmes et mon maillot dans un maximum de piscines. Entre la peur de la foule, de l’eau trouble et des mycoses en tout genre pas facile de se mettre à l’eau. Toutefois en cherchant un peu et en visant les bons créneaux horaires ( pas le week end ni le mercredi, et encore moins après le boulot)  il est possible de se dénicher de petits havres de paix . Entendons nous bien, il ne faut pas s’attendre à avoir le bassin à soi tout seule, mais au moins pouvoir enchainer les longueurs dans le calme et sans avoir à attendre ou sans se prendre de coups de coude. Bref parlons peu parlons bien voici un premier aperçu de mes dernières virées sous-marines.

Pailleron : Zen et spacieuse.

Située entre les métros Jaures et Bolivar ( autrement dit un peu excentrée tout de même) , la toute récente piscine Pailleron m’ a littéralement charmé. Avec son bassin presque ouvert de 33 mètres de large et de 15 mètres de long, très lumineux, elle offre un espace de nage des plus agréables où l »eau avoisine les 29 degrès. Ici les lignes sont bien distinctes, de façon à ce que les mamies brasseuses ne se retrouvent pas en concurrence avec les amateurs de crawl et les adeptes de la petites planche. Autre point apréciable, le petit bain, est placé loin du bassin de nage de façon à ce que le tumulte et les cris d’enfants ne l’atteigne pas. De plus un carré d’herbe assez spacieux et un jacuzzi sont mis à la disposition des nageurs sans aucun supplément. Bref une piscine propre et calme où il fait bon barboter les matins de juillet, je précise toutefois que je m’y suis rendue à 10 heures du matin un jeudi.

Tarif été : 3.10 euros.

Reuilly : Familiale .

A proximité du jardin de Reuilly, la piscine du même nom attire une clientèle bon enfant mais pour le moins nombreuse. Elle dispose d’un grand bain de 25 mètres sur 15 qui jouxte un plus petit de 15 mètres sur six pour les nains de jardins. Les deux bassins étant collés l’ambiance s’avère relativement bruyante ce qui ne l’empêche pas d’être détendue du slip de bain. Ici l’eau est chaude mais propre et malgré le monde mon acolyte et moi avons tenu la distance sans problèmes ni collisions. En entre deux brasses, nous avons profité d’un solarium moyennement peuplé, mais dont l’herbe est tout à fait acceptable. Attention ici pas de topless et pas de cigarette, on bronze politiquement correct au milieu des ados et des enfants. En fin de parcours, des douches légèrement encombrées mais proprettes nous attendent ainsi que des sèches-cheveux dont visiblement 1 seul sur 4 marche. Petit bonus, en sortant de la piscine, le parc de Reuilly dispose de fontaines à eau pétillante, très fun, sauf quant un gros lourdaud remplit sa glacière d’une quinzaine de bouteilles devant nous…

Tarif été : 3 euros, prévoir une pièce d’un euro pour les vestiaires.

Parmentier : neutre et froide.

A quelques mètres du métro Goncourt, la piscine Parmentier offre une façade sans charme et un style désuet. Ainsi les vestiaires tout comme les douches et le bassin semblent restés bloqués dans les années quatre-vingt. Située en sous-sol, cette petite piscine de quartier nécessiterait un bon rafraichissement.  Néanmoins, malgré son manque de clarté et son eau plutôt froide elle permet de nager sans se faire piétiner. Avec une affluence moyenne, et son unique bassin de 25 mètres sur 15 cette piscine offre le strict nécessaire pour celui qui souhaite rapidement faire ses longueurs. Nous regretterons des horaires très serrées,  avec des fermetures à 17 h durant la période estivale ( bizarre vous avez dit bizarre? ). Je ne m’attarderais pas plus sur ce bassin qui ne mérite pas forcement le détour mais permets aisément de barboter, après tout c ‘est la fonction première d’une piscine non ?

Tarif été : 3 euros.

La suite au prochain épisode !!

 

 

 

Trouver un bon coiffeur à Paris ou la quête du saint Graal.

The coiffeur !

crédit : Paul Keck
crédit : Paul Keck

Après 5 ans de bons et loyaux services, l’an dernier j’ai décidé de mettre fin à la collaboration plus ou moins fructueuse que j’entretenais ou n’entretenais pas d’ailleurs avec mes dreads locks ! Toutefois après les avoir sauvagement ratiboisées au ciseau,il m’ a bien fallu constater que dorénavant, il me faudrait trouver un coiffeur. Mais voilà, trouver un coiffeur de qualité, sympa et pas trop cher à Paris ( ailleurs j’en sais rien) relève de l’exploit. Ainsi, un an après avoir coupé mes dreads et testé de nombreux salosn, dès fois au hasard, et dès fois conseillsé par des amis, j’en était toujours au point mort avec en plus une tignasse pour le moins bizarroïde ( due aux frasques de l’avant dernier coiffeur). Ainsi, après avoir pris quelques renseignement sur le net tout de même, j’ai pris rendez-vous chez KUT, un salon proche de chez moi, dont il faut le dire j’ai été attiré par la déco et la devanture, colorées et design. Bilan des courses : un coiffeur sympa ( Mikael) et surtout très à l’écoute ( j ‘y ai tout de même passé une heure) qui n’hésite pas à proposer différentes solutions et à repasser plusieurs fois des coups de ciseaux en plus si cela ne vous convient pas. Bref pour une fois j’ai passé un agréable moment chez le coiffeur, et je suis ressortie contente, avec la coupe que j’avais en tête sans aucun regret . Le tout pour un tarif plus qu’abordable à savoir 38 euros seulement. Enfin, comme j’aime partager mes bon plans je vous donne des indices pour trouver le salon : il se trouve rue Paul Bert dans le 11 eme arrondissement. Métro Charonne au Faidherbe. La rue étant toute petite vous ne pouvez pas le rater, au passage vous y découvrirez de jolies petites boutiques.

Le jardin XP: la nature s’invite sur les toits de paris.

jardin gare xp

Avec 300m ² à cultiver sur les toits du collectif de la gare expérimentale, le jardin XP est une initiative citoyenne et urbaine lancée par l’asso Croc’Lune qui mérite le détour !

« Synchronisation des montres, rassemblement des énergies, coordination des têtes chercheuses, élaboration des plans… Chasse à la récup, aller-retour palettes, construction, fabrication de bacs, mise en place de substrats… Et on sème, on bouture, on rempote, et oui mon pote ! »Imagine-toi demain, monter sur le toit de ton immeuble et récolter tomates, laitues et aromates. Puis, de la fenêtre de chez toi, voir les abeilles butiner les fleurs du toit d’en face. Tu pourras alors partager un repas 100% bio et 100% local avec ton voisin qui t’offrira à son tour un petit pot de miel… Ce rêve est réalisable. »

Pour aider les copains à faire vivre ce jardin, pour en découvrir d’avantage et pourquoi pas leur donner un coup de main en nature ça se passe par ici :

http://www.kisskissbankbank.com/le-jardin-xp-l-experience-d-une-nature-urbaine